Salle d’embarquement

L’Attente, 2017

 

 

‘Après la poésie-cinéma de Flip-Book, c’est à une poésie-récit qu’invite Salle d’embarquement, via l’histoire d’un déroutage inopiné dans les interstices de la globalisation, smartphone en main.

 

Pour son travail, Benjamin C. parcourt la planète en avion, chaînes d’hôtels et voitures de location. Mini-épisodes, arrêts sur image et intertitres variés: progressivement, un récit se met en place à même la poésie, sans forcément ‘dérouler’ ni rentrer dans la tête des personnages.

 

Témoin en immersion, Benjamin absorbe tout ce qu’il voit. Petit à petit, le regard qu’il porte sur le monde d’aujourd’hui, saturé d’images, lui enseigne que le réel est affaire de recadrages comme de contrechamps. Répondre à cet appel, c’est commencer d’agir, ici et maintenant. Mais que mettre en face d’un monde réduit à ses images ? D’autres images, en mots celles-là, prises au portable et faisant voir les choses depuis un autre angle, sans cesse reformulable.’

 

 

Articles :

– E. Jawad, ‘‘Le réel est là on dirait’. Sur Salle d’embarquement‘, Diacritik, septembre 2017.

 

 

liste complète