L’art syntaxic’

Festival La Poésie/​Nuit 2009
ERBA Caen /​IMEC

Lecture publique enregistrée dans l’auditorium du Musée des Beaux-​Arts de Caen le 13 mars 2009 à l’invitation d’Éric Vautrin.

L'art syntaxic'

…Jérôme Game, né en 1971, s’inscrit dans une tradition différente, j’ai presque envie de dire plus littéraire. Si ses œuvres rappellent celles de Bernard Heidsieck, elles se situent plutôt dans la tradition du montage et du collage, que l’on trouve chez Bryon Gysin, mais aussi chez Maurice Roche, qui avait été lui-​même musicien avant de devenir romancier, et surtout James Joyce dans Finnegan’s Wake. Toutes ces références ne doivent pas masquer l’originalité du projet de Jérôme Game qui travaillent sur les langues, sur le mélange des langues, du français et de l’anglais, mais aussi des différentes langues que nous parlons : langue administrative, langue technique, langue savante, langue d’affaires, langue du psychologue… les coupures systématiques, la concaténation de fragments de phrases de discours que l’on reconnaît à presque rien, quelques syllabes, parfois à peine une ou deux, pourrait faire sourire. Mais ce n’est manifestement pas le projet de Jérôme Game, ce n’est pas ainsi en tout cas que j’écoute ces œuvres qui me paraissent être une réflexion sur ces bouts de phrase tout faits qui encombrent nos discours. Nous avons l’impression de dire des choses originales, intéressantes, toujours différentes et, en fait, nous ne faisons que monter, assembler des briques que nous avons saisies ici ou là. Voici donc un extrait d’une des œuvres de Jérôme Game sans violence qui sont d’une formidable violence polémique.

Bruno Girard, Dissonance, ‘Musique contemporaine et poésie sonore’, Radio Aligre, 26 juin 2006.